LES LIVRES QUE J’AI REÇUS À NOËL

C’est facile de comprendre pourquoi je reçois autant de livres et de cartes-cadeau Renaud-Bray et Chapters à Noël : mes proches me connaissent bien ! Et puis, donner un livre peut aussi être une façon de révéler se propres goûts à l’autre tout en lui disant : Je te connais, tu aimeras ça.

2764624654-01-lzzzzzzzMon amie Loulou, par exemple, m’a offert Les yeux tristes de mon camion, le dernier livre de Serge Bouchard, cet anthropologue au regard lucide qui : « fait la promotion positive de la nostalgie. »

Loulou aime l’homme et sa voix magnifique qu’elle écoute avec bonheur à la radio et elle a décidé de prendre une chance en me l’offrant, ne sachant pas s’il était déjà dans ma pile « à lire ». Eh bien ! Non seulement elle avait raison, mais en plus, je n’ai jamais lu Serge Bouchard. Est-ce que je le trouverai trop pessimiste ou est-ce que ses réflexions me toucheront ? On verra bien. Ensuite, on pourra en discuter…si elle l’a lu elle aussi ! Merci Loulou.

De ma grande amie Lise, j’ai reçu Call the Midwife, A Memoir of Birth, Joy, and Hard Times, de Jennifer Worth (en français : Appelez la sage-femme). Ce titre-là m’était bien sûr déjà familier puisqu’il a été adapté pour la télévision par BBC et est présentement diffusé sur Netflix.

 

 

2226248536-01-lzzzzzzzPublié en 2002, c’est le premier tome d’une trilogie relatant les expériences marquantes de Jennifer Worth qui a travaillé comme infirmière au cours des années cinquante dans le tristement célèbre East End de Londres, le secteur le plus défavorisé de la grande capitale. La biographie de l’auteure révèle une femme exceptionnelle et inspirante qui, malheureusement, n’a jamais vu un seul épisode de la série qui a attiré un public immense, puisqu’elle est décédée un an avant sa première.

Lise me l’a offert en anglais parce qu’elle sait que ma préférence est toujours de lire un livre en version originale, si possible.

Je dois vous avouer quelque chose : je n’ai jamais regardé la série télévisée. Moi qui adore les séries historiques. Moi qui dévore les productions BBC, qui suis une inconditionnelle de Foyle’s War et The Hour. Moi qui suis, comme Lise et Louise d’ailleurs, férocement maternelle, je n’ai pas encore osé.

 

Jennifer Worth, infirmière
Jennifer Worth, infirmière

Je sais, je sais, si vous l’avez vue, vous êtes convaincu que je passe à côté d’une émission formidable, touchante et palpitante. Heureusement que Lise me connaît aussi bien : elle sait que je ne saurai résister au livre.

C’est curieux : ce que je lis, je l’absorbe profondément, mais à mon rythme. Mon imagination peut moduler l’intensité des images mentales créées par le texte. Alors que l’écran, lui, me bouleverse facilement. Toutes ces histoires, ce monde, toutes ces jeunes mères et ce qu’elles vivaient dans le East End à une époque si différente de la nôtre…  je vais les rencontrer sur la page et dans ma tête.

Viennent ensuite deux livres également ancrés dans le passé et plus pertinents que jamais, chacun exposant des drames historiques dont les blessures ne veulent pas guérir.

 

 

 

 

2221108647-01-lzzzzzzzIl s’agit d’abord de The Looming Tower, Al-Queda and the Road to 9/11, de Lawrence Wright (en français, La guerre cachée : Al Qaïda et les origines du terrorisme islamiste), que m’a offert mon amie Cindy, une femme brillante qui partage son temps de lecture entre des œuvres rigoureuses comme celle-ci, du journaliste Lawrence Wright, lauréat du prix Pulitzer 2007, et la science-fiction ou le fantastique.

C’est l’été dernier, alors que nous étions en route vers le Musée d’aviation à Ottawa pour visiter l’exposition Star TrekL’expérience académie de Star Fleet, que Cindy a partagé sa découverte de l’œuvre magistrale de Wright.

Par sa quête d’information et son désir de mieux comprendre les problématiques les plus complexes, Cindy m’inspire.

 

 

Le deuxième livre de source historique que j’ai reçu est aussi le quatrième roman de la plume d’Ethan Hawke, l’acteur, réalisateur, scénariste et auteur américain. Il s’agit du roman graphique INDEH, paru en 2016.

C’est mon fils Christian qui me l’a offert. Pour tout ce qui concerne la littérature, Christian et moi sommes des âmes complices et grâce à lui, j’ai appris à savourer tous les genres et toutes les formes littéraires.

Ethan Hawke dans Les Sept Mercenaires
Ethan Hawke dans Les Sept Mercenaires

Juste avant les fêtes, je suis allée voir The Magnificent Seven (en français : Les Sept Mercenaires) avec Christian et son frère aîné et c’est le jeu d’Ethan Hawke qui m’a le plus émue. C’est n’est certes pas un hasard que Christian ait choisi INDEH.

 Illustré par Greg Ruth, INDEH raconte la vie de Geronimo, le plus grand leader-guerrier des Apaches. Le décrivant comme un chef extraordinaire et un tueur impitoyable, un combattant de la liberté et un terroriste, un père, époux et fils, parfois fort et parfois faible, Hawke le compare au personnage shakespearien Richard III.

En entrevue, Hawke a révélé que le mot INDEH signifie « les morts ».

Merci Christian, pour ta sélection qui fait réfléchir.

1401310990-01-lzzzzzzz

Mon dernier cadeau-livre a encore une fois un lien avec le grand écran. Il s’agit de Arrival, originalement publié sous le nom Stories of Your Life and Others. Ironiquement, il marque plutôt un départ.

Le mien.

2118590-gfArrival, vous en avez sans doute entendu parler. Du moins je l’espère, parce que c’est le titre du dernier film de Denis Villeneuve, inspiré du livre, et sorti en salle depuis le mois de novembre. Un chef-d’œuvre, à mon avis.

Il m’a été offert par l’un de mes élèves de francisation en entreprise, Saran, le jour de la fin de mon mandat chez son employeur.

Saran, comme moi, a été bouleversé par la beauté du film et par son message philosophique sublime centré sur la relation espace-temps et sur l’importance de la communication.

Le livre de Ted Chiang en est la matière première, et ressentant l’urgence de poursuivre ses réflexions, Saran a voulu se le procurer. Dans un élan de générosité, il a pensé moi.

Vous pouvez imaginer mon émotion lorsque je l’ai déballé lors de notre dernier cours.

Merci Saran.

Réjean Ducharme a écrit que “Lire un livre prêté lie.”

Je pense que lire un livre donné lie encore plus.

 

BONNE ANNÉE 2017 ! BONNE LECTURE !

cover1

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s